POURQUOI CHERCHER AILLEURS CE QUE NOUS AVONS SUR PLACE !

Il est évident que dans la situation économique difficile que nous connaissons, seul le réseau permet de tirer son épingle du jeu.

Coudekerque-Entreprendre, fort de ses 60 adhérents, a la volonté de fédérer l'ensemble des acteurs économiques de notre territoire. Nous sommes unanimement reconnus comme le Club le plus dynamique de la Côte d'Opale et nous vous apportons LA solution pour développer votre entreprise en vous mettant en contact, lors de différentes manifestations, avec plus de 700 chefs d'entreprises.

La Voix du Nord – 16.05.2011 : troisième édition des Lundis du business

Demain, pour le 3ème Lundi du business, Coudekerque Entreprendre invite Jacky Triquet, responsable d’équipe professionnelle au Pôle Emploi Dunkerque Bazennes. En janvier 2009, l’ANPE et les Assedic fusionnaient pour ne faire plus qu’une entité, Pôle Emploi, mais cela n’a pas fondamentalement changé le quotidien de Jacky Triquet: « Précédemment, j’étais à l’ANPE d’Hazebrouck, et même si on n’était pas dans les mêmes locaux, ceux de l’Assedic étaient très proches, à 100 m, on avais déjà l’habitude d’aller voir nos collègues, d’échanger« .

Jacky Triquet est responsable d’équipe professionnelle « Hôtellerie restauration » et « industries agroalimentaires ». Il encadre dix agents au Pôle Emploi de Dunkerque Bazennes: « On a un fonctionnement qui commence à être bien intégré« . Parmi les entreprise agroalimentaires qui font appel aux services de son équipe figurent de grands nom comme Lesieur ou Coca-Cola. Il y a également les boulangeries-pâtisseries ou encore des charcuteries. Donc des missions très variées pour trouver les bonnes recrues.

Toutefois, Pôle Emploi ne manque pas d’outils, Jacky explique: « Avec la charcuterie des Flandres, la chocolaterie de Boubourg et, plus récemment, pour le réstaurant Crocodile, à Grande Synthe, on a travaillé sur une méthode développée par l’ex ANPE et reprise pas Pôle Emploi, la MRS (méthode de recrutement par simulation). C’est une bonne méthode car elle laisse la chance à tout le monde par rapport à un poste. On regarde vraiment les habiletés, les capacités à occuper un poste plutôt que les diplômes.« 

Parfois, la demande est supérieure à l’offre. Alors, Pôle Emploi a d’autres cordes à son arc comme le forum organisé le 28 mars, à la CCI, qui a permis aux entreprises d’hôtellerie-restauration en situation de recrutement de rencontrer des demandeurs d’emplois. Jacky Triquet constate: « Chercher un cuisinier, c’est compliqué, alors on se met en veille pour essayer de trouver des solutions rapides. On essaie aussi de monter les personnes suivies en qualification.« 

Demain, à l’occasion du 3ème Lundi du business, Jacky Triquet présentera les nombreux outils que Pôle Emploi met à la disposition des entreprises. A commencer par l’évaluation en milieu de travail préalable au recrutement (EMTPR), qui leur permet de tester, sans risque, pendant une semaine, des candidats potentiels. Puis, les prestations liées à l’adaptation des candidats aux postes de travail proposés avec l’action de formation préalable au recrutement (AFPR) et la préparation opérationnelle à l’emploi (POE), qui peuvent durer d’une semaine à trois mois (le candidat bénéficie d’une formation complémentaire pour pouvoir être opérationnel au poste que l’entreprise s’engage à lui confier). On trouve aussi les contrats initiative emploi (CIE), qui octroient des aides à l’employeur (20% ou 35% du SMIC, selon les cas, pour un CDD de six mois minimum ou un CDI), sans oublier les contrats d’apprentissage et professionnalisation.

Laisser un commentaire

Ludovic PEERS